3 critères pour mesurer l’efficacité d’un projet no code

3 critères pour mesurer l’efficacité d’un projet no code

Pour arriver sur cet article vous avez sans doute un lien, étroit ou non, avec l’univers no-code. Vous en avez au minimum entendu parler et en êtes même peut-être un acteur direct, client ou prestataire. Chez Bienfait nous sommes convaincus que le no-code n’est pas qu’une tendance puisqu’il rend enfin accessible de nombreuses compétences rares jusqu’alors hors de portées des entreprises.

Avec l’intérêt grandissant autour du no-code il nous a paru important de donner les clés pour apprécier la qualité d’un projet no-code.

Voici donc une liste non exhaustive des critères à étudier pour évaluer une prestation no-code.

Pour information, ici nous avons volontairement mis de côté l’impact du projet, on part du principe que tous les projets ont le même impact, le même résultat. C’est l’approche qui nous intéresse.

Le prix

Nous avons longtemps hésité avant de choisir notre premier critère mais non pensons que le prix est le socle de tous ceux que nous allons évoquer ensuite. Un des principaux atouts d’un projet no-code est qu’il ne nécessite pas de compétences techniques apprises en école d’ingénieur, lors de bootcamp ou de manière autodidacte pour les plus téméraires. De ce fait les compétences en développement d’outils no-code sont potentiellement moins rare qu’en développement plus “traditionnel”. L’impact sur le prix est alors immédiat, plus de possibilités, plus de compétences, plus d’offres et donc prix tirés vers le bas.

Avant d’accepter un devis no-code essayez de le comparer à un devis pour un projet avec du développement classique, si la différence n’est pas flagrante il y a peut-être un hic.

Le temps

Un projet no-code est souvent qu’il est construit à travers d’outils proposant des fonctionnalités de base, un peu comme si vous souhaiteriez acheter une maison en préfabriqué, c’est autant de travaux en moins à faire. Cela suppose qu’un projet no-code, pour le même objectif, doit être beaucoup moins long qu’un projet classique.

La capacité à itérer

Ce point est très important notamment car il peut grandement influer le prix global de votre projet. Une caractéristique intéressante d’un projet no-code est qu’il est “désenclavé”, c’est-à-dire qu’il est plus facile à modifier. Le coût (en temps) d’ajouter une fonctionnalité, de modifier une information ou un workflow et 5 à 10 fois moins coûteux en no-code, cela devrait donc prendre moins de temps pour itérer sur le même process en no-code qu’en développement pur.

Attention, cela ne veut pas dire que n’importe quelle itération sera faite en quelques heures seulement en no-code, tout dépendra de la nature de l’itération et de sa complexité.

L’accessibilité

Une fois terminé un projet no-code doit pouvoir être pris en main par le client. D’ailleurs, cela existe depuis longtemps déjà. Si votre activité possède un site internet il y a des chances pour que celui-ci eût été fait via un CMS comme Wix, Shopify ou Wordpress par exemple. Ces outils sont pionniers dans l’univers no-code puisqu’ils permettent à n’importe qui, sans compétences techniques requises, de pouvoir modifier ledit site. Un projet no-code doit être similaire, si le client final n’a pas la main sur ce qui lui a été livré, il perd la valeur de l’approche no-code. Attention, cela ne veut pas dire que tout le monde peut modifier n’importe quel projet réalisé sans code. Peut-être qu'une formation de certains collaborateurs au sein de votre équipe sera nécessaire pour être tout à fait autonome.

Conclusion

Nous avons souhaité mettre en avant trois critères qui, selon nous, suffisent à faire une première analyse de la qualité et de notre projet sans code. Le prix, la capacité à itérer et l’accessibilité de la solution développée sont les piliers d’un projet no-code qui a tenu ses promesses. Si l’un d’entre eux vous manque, nous vous conseillons d’en parler avec votre prestataire, il aura peut-être des réponses à des questions / challenges que nous n’avons pas abordées ici.

Les outils dans cet article