Yannick Lacroix : les illusions sans frontières

« Sans la musique, la vie serait une erreur », disait le grand philosophe Friedrich Nietzsche. Nul doute qu’elle le serait aussi sans illusions. Pas celles qui dupent, mais plutôt celles qui font rêver, donnent des ailes et stimulent l’imaginaire.

En matière d’illusions, le magicien Yannick Lacroix en connaît un rayon sur le sujet. Il a plus d’un tour dans son sac pour en créer et un talent remarquable pour les réinventer. Avec lui, impossible de les perdre; au contraire, vous en redemanderez tellement vous serez émerveillé, amusé, étonné, ébloui.

À la question « Aimez-vous la magie? », Yannick Lacroix répond par un oui passionné depuis 35 ans. De nombreuses années de pratique lui permettent d’exercer son art avec une grande maîtrise et de le transmettre à de nouveaux adeptes avec son école de magie.

Il œuvre surtout dans le milieu corporatif où il présente des spectacles de magie de scène et des numéros de micromagie. Il excelle particulièrement avec les cartes et les pièces de monnaie. Pour un petit tour improvisé, il porte toujours sur lui ses Morgan Silver Dollars, des pièces de 1 $ américain rares et très prisées des magiciens datant des années 1800 à 1921.

Sa feuille de route est très impressionnante : gagnant de nombreux prix, cours de prestidigitation avec le célèbre mentaliste Gary Kurtz, invitations régulières à des festivals et des congrès prestigieux réunissant les meilleurs magiciens du monde, dont le célèbre 4F à New York, tournées humanitaires à l’étranger avec Magiciens sans frontières. On le sollicite de partout comme magicien consultant et conférencier.

 

En Haïti avec Magiciens sans frontières.

 

Mais comment la magie est-elle venue à lui? Par un parcours qui ressemble à celui de plusieurs autres magiciens. À 8 ans, Yannick reçoit sa première trousse de magie. C’est le coup de foudre. « J’étais fasciné. Ça a été une révélation et je n’ai jamais décroché depuis. Par la suite, pour tous mes cadeaux, je ne demandais que des accessoires et des tours de magie. »

Sa curiosité et sa persévérance incitent ses parents à lui traduire les instructions des numéros, souvent en anglais, afin qu’il puisse bien les comprendre. De fil en aiguille, Yannick organise des petits spectacles pour sa famille et ses amis. Il connaît ensuite ses premiers applaudissements lors d’une fête à son école secondaire.

À la même période, Yannick fait une rencontre significative dans sa vie. Il croise la route d’un magicien réputé au Québec, Maurice Choquette dit le Grand Marcis, propriétaire d’une école située à deux pas de chez lui. Véritable modèle et mentor, c’est à ses côtés qu’il apprend tous les rudiments techniques et psychologiques de la prestidigitation.

« Ça me prenait plus de temps à attacher mes lacets qu’à me rendre chez lui », se souvient-il en riant.

Quelques années avant son décès, le maître confie les rênes de son école à l’élève. Avec son école, rebaptisée MagieStrale, Yannick perpétue sa mémoire et son héritage en formant de nouvelles recrues. L’enseignement est une source d’inspiration constante dans sa pratique et lui apporte beaucoup humainement.

« Enseigner, c’est apprendre une deuxième fois, observe-t-il. Pratiquer la magie, tu es souvent seul dans ton coin. Enseigner permet d’apprendre des uns et des autres, de partager en groupe. C’est le fun, ça fait comme une petite communauté. »

 

Apprendre les rudiments de la magie des pièces de monnaie.

 

Faire cadeau de la magie pour atténuer les traumatismes et soulager la misère, Yannick Lacroix y croit de tout cœur. Ses missions avec Magiciens sans frontières, un organisme de magiciens québécois, lui permettent de le constater à chaque occasion.

De l’Angola au Salvador, en passant par l’Inde, la Colombie, l’Algérie, le Liban et Haïti, Yannick va à la rencontre des enfants victimes des guerres et du terrorisme et des jeunes démunis dans les orphelinats, les centres de détention et les bidonvilles pour leur apporter un peu de joie et de réconfort. Avec ses collègues magiciens, il présente de nombreux spectacles et anime des ateliers de magie.

 

Sourires d’enfants au Liban après un spectacle.

 

« Partir partager cet art universel avec des personnes défavorisées aux quatre coins du monde est un privilège, dit Yannick. C’est chaque fois une expérience rare, un enrichissement professionnel et personnel incroyable. » *

D’ailleurs, les moments les plus touchants de sa pratique sont liés à Magiciens sans frontières. Des expériences marquantes, souvent bouleversantes. Comme cette visite dans un camp retiré en pleine forêt en Inde où vivent des jeunes filles rescapées de la prostitution, ce gamin angolais rencontré dans la rue qui réagit à un petit tour de magie en le serrant fort dans ses bras avant de disparaître aussitôt avec un large sourire ou ces câlins donnés à de jeunes enfants sidéens dans un orphelinat du Salvador. Et il y en aurait tant d’autres de ces instants émouvants à raconter.

Produire des spectacles dans des lieux et des environnements aussi variés représente des défis de logistique importants (loges des artistes, estrades, chapiteaux, etc.)

« Ça part de la belle salle de spectacle à des salles moyennes à pas de salle du tout », explique Yannick.

À Timimoun, une oasis du désert saharien dans le sud de l’Algérie, aucune salle de spectacle bien sûr, que du sable à perte de vue. Et pourtant, au beau milieu de nulle part, des milliers d’Algériens se massent autour de quelques tentes de fortune et de tables bancales recouvertes de tapis pour découvrir la magie.

« C’était absolument incroyable et mémorable », se rappelle Yannick.

 

Un spectacle inoubliable en plein désert en Algérie.

 

Actif, énergique et enthousiaste, Yannick est toujours en quête de nouveaux projets. Il aime se garder à jour dans le milieu de la magie contemporaine pour continuer à évoluer et à apprendre. Repousser les limites de l’extraordinaire, du merveilleux, de l’insolite certainement, mais surtout entrer en relation avec les gens, les amuser, les divertir, leur offrir de bons moments. C’est sa plus grande récompense, son accomplissement le plus cher. Et comme il le dit si bien : « Au-delà de la magie des tours, il y a de la magie dans la magie. »

« La magie ne se trouve pas dans la main du magicien, mais dans l’oeil de celui qui regarde. » Albert Goshman

Abracadabra!

 

Sylvie Dugas

 

Pour en savoir plus sur l’école MagieStrale de Yannick Lacroix : www.magiestrale.com

 

*Source : Magiciens et mentalistes de Danielle Goyette, Éditions Michel Quintin