Tomber sous le charme des ruelles vertes

Vivre en ville et se sentir au plus près de la nature. Sceptique? Et si elle se trouvait  juste derrière la maison, à une ruelle de chez soi?

Ruelle Fusiliers-Mont-Royal

Apparues d’abord dans les quartiers bourgeois au milieu du 19e siècle, les ruelles montréalaises gagnent rapidement les faubourgs ouvriers à la faveur d’une urbanisation en forte croissance.

Boudées, mal aimées, considérées comme de simples voies de desserte ou de transit, elles n’ont pas très bonne réputation. Sales, sombres, peu sécuritaires, c’est le lieu de prédilection de la petite criminalité où personne n’ose s’aventurer.

Mais depuis quelques années, le visage des ruelles change… pour le mieux!  Elles s’offrent de plus en plus comme une sorte de réseau parallèle, une seconde trame urbaine et proposent aux passants une alternative intéressante à l’achalandage et au brouhaha des grandes artères.

Ruelle Papineau-Cartier

Les programmes de verdissement et les initiatives de revitalisation, chapeautés par les écoquartiers et des comités de citoyens soucieux de leur qualité de vie, contribuent à cette transformation.

Ruelle Cartier-Chabot

Béton, ciment et asphalte côtoient arbustes, plantes indigènes, framboisiers, arbres fruitiers, bacs à fleurs, pots de fines herbes, plants de tomates, plates-bandes de vivaces, jardins mellifères et petits potagers. La campagne s’invite en ville, le citadin reprend contact avec la nature.

Récolte de prunes de la Ruelle magique, crédit : Lionel Furonnet

Papillons, abeilles et oiseaux se sentent bien accueillis dans cette végétation aménagée, les chats l’adoptent pour paresser au soleil, les enfants en font leur terrain de jeux. Les artistes de rue y puisent même leur inspiration avec des œuvres murales colorées ou encore du mobilier urbain fabriqué à partir d’arbres malades.

Ruelle Louis-Hébert-Iberville, crédit: Emmanuelle Lebeau et Simon Dugas

En plus de diminuer les îlots de chaleur, d’embellir et d’enrichir le décor, ruelles vertes et tronçons champêtres renforcent les interactions sociales, créent un réseau de solidarité, multiplient les occasions de se rencontrer entre voisins pour organiser des espaces de vie, de détente, de jeu et de partage.

Ruelle Brébeuf-Chambord

Avez-vous déjà arpenté ces  petits coins de verdure à Montréal, ces oasis de fraîcheur? Soyez curieux. La prochaine fois, empruntez un trajet original et différent pour vous rendre au boulot, à l’école ou ailleurs. Vous verrez, ça vaut vraiment le détour!

Ruelle Fabre-Garnier

Profitez aussi des Journées des ruelles vertes, l’occasion idéale pour découvrir un Montréal méconnu et d’aller à la rencontre de citoyens créatifs et engagés dans l’embellissement de l’espace urbain.

Journées des ruelles vertes – 4e édition | 9 et 10 septembre 2017 | Facebook

Sylvie Dugas

Vous avez aimé ce billet? Soyez informé de nos nouvelles publications en vous inscrivant  à notre infolettre sur la page principale de notre blogue ou aimez notre page Facebook.