Eric Saintonge, un entraîneur personnel en or

Il fait son premier minimarathon (1 km) à l’âge de 5 ans. Moi, au même âge, mon occupation favorite c’est de cacher des noyaux de cerise dans les souliers de mon frère. Toujours est-il qu’Éric Saintonge entame une carrière de gymnaste un an plus tard et qu’à 18 ans, il obtient le titre de champion canadien catégorie junior. Après une blessure qui le force à arrêter la compétition, il devient acrobate et parcourt le monde avec les spectacles du Cirque du Soleil et du Cirque Éloize.

Eric Saintonge, crédit Marc Montplaisir

Aujourd’hui âgé de 44 ans, Éric est entraîneur personnel. Il coache tous ceux qui désirent garder la forme, du débutant à l’athlète de haut niveau. Et il me fait suer depuis des mois.

LIRE LA SUITE

Anik Péloquin : de fil en papier

On partage tous cette impression. À l’ère du tout au numérique, le papier n’a plus vraiment la cote dans nos vies quotidiennes. Malgré tout, il compte encore de nombreux adeptes qui lui vouent un amour passionné. On succombe au beau papier sous toutes ses formes, à son odeur, sa texture, à la noblesse de la matière. Oui, le papier fait du bien et, surtout, invite à prendre son temps.

Anik Péloquin, photo Louis Prud’homme

C’est dans cet esprit qu’Anik Péloquin, artiste autodidacte, expérimente, explore et transforme ce matériau pour en révéler toute la beauté et la finesse.

LIRE LA SUITE

Annie Lord, la femme qui cueille

Qui, dans sa vie, n’a pas un souvenir d’enfance relié au plaisir de la cueillette de petits fruits ou de fleurs? Cela n’est pas sans lien avec les bouquets créés par l’artiste florale et coureuse des bois Annie Lord et la raison pour laquelle ils nous touchent tant. Cette recherche d’authenticité est au cœur de sa petite entreprise artisanale, située dans les Laurentides.

Annie Lord, crédit Émilie Bouchard

Uniques et originales, les compositions d’Annie Lord sont une ode à la nature, à la générosité de la terre et reflètent cette sensibilité à la vie qui nous entoure. Leur contenu change au gré des saisons et dépend de ce qu’elle croise sur son chemin. 

LIRE LA SUITE

Yannick Lacroix : les illusions sans frontières

« Sans la musique, la vie serait une erreur », disait le grand philosophe Friedrich Nietzsche. Nul doute qu’elle le serait aussi sans illusions. Pas celles qui dupent, mais plutôt celles qui font rêver, donnent des ailes et stimulent l’imaginaire.

En matière d’illusions, le magicien Yannick Lacroix en connaît un rayon sur le sujet. Il a plus d’un tour dans son sac pour en créer et un talent remarquable pour les réinventer. Avec lui, impossible de les perdre; au contraire, vous en redemanderez tellement vous serez émerveillé, amusé, étonné, ébloui.

LIRE LA SUITE

Monsillage, les effluves passionnés d’Isabelle

Il y a de ces sujets qui collent bien à l’air du temps, tout particulièrement à ses odeurs. En cette matinée ensoleillée de mai, les branches des arbres oscillent sous un vent léger, diffusant des effluves délicieux de lilas, de muguet et de gazon fraîchement coupé.

crédit : Isabelle Michaud

 

Beau hasard, cette route odorante me conduit jusqu’au studio d’Isabelle Michaud, parfumeuse et créatrice de la maison Monsillage, avec qui j’ai rendez-vous. Après l’avoir perdue de vue pendant quelques années, je la retrouve avec enthousiasme dans son nouvel univers. Un voyage aromatique fascinant auquel elle me convie avec générosité.

LIRE LA SUITE

Le monde de Marie Eykel

Elle m’a reçue dans son logement du Plateau-Mont-Royal. Un cottage qu’elle a acquis dans les années 70, à l’époque où elle jouait le rôle-titre de la série jeunesse la plus populaire de l’heure et que je regardais religieusement ses émissions en mangeant des biscuits aux brisures de chocolat.

 

J’avais 5 ans, des petites lulus et Passe-Partout tatouée sur le coeur. Quarante ans plus tard, je me retrouve chez elle à prendre un verre de rosé.

LIRE LA SUITE

Steven Spazuk ou l’art de jouer avec le feu

Il dessine depuis toujours. Il ignore d’où lui vient ce goût de créer, cette passion à faire de nouvelles images. Tout ce qu’il sait, c’est qu’il en a besoin, qu’elle est nécessaire à son équilibre et à son bonheur.

Steven Spazuk, crédit: Oly Bernardi

« J’ai comme pas le choix de faire ça. Je suis trop heureux quand je fais ça. J’aime voir apparaître des trucs devant moi. » (1)

LIRE LA SUITE

La cuisine marocaine d’Idriss Kably

Quand il démarre son entreprise en octobre 2017, Idriss Kably est loin de se douter que ses plats susciteraient autant d’engouement. Pourtant, ce Montréalais d’origine marocaine a tout compris d’une recette gagnante : des épices ramenées directement du Maroc, de la viande de qualité, des légumes frais et un service à la clientèle particulièrement soigné.

Son service de traiteur, Le Darkoum, propose des plats maison concoctés dans la pure tradition de la cuisine marocaine.

LIRE LA SUITE

Simon Rufiange, 37 ans, designer

On a toujours été attirées par les créateurs, quel que soit leur champ d’expertise. Ces intuitifs qui, à partir de bribes d’idées, réussissent à créer des histoires, des univers ou des objets de toutes pièces.

Simon Rufiange, crédit : de Gaspé

Le designer multidisciplinaire Simon Rufiange est un de ceux-là. Un créatif qui a la fibre entrepreneuriale, du talent à revendre et une curiosité insatiable.

LIRE LA SUITE

Melissa Maya Falkenberg, animatrice, auteure et artiste passionnée

Elle est passionnée de musique, elle anime, écrit, photographie. Elle est une maman, une amoureuse, et même plus. Melissa Maya, c’est elle qui a fait nos premières photos pour ce blogue.

Elle a aussi capté mon portrait pour mes 40 ans. De magnifiques photos qui vont toujours me rappeler comment j’étais dans mon corps et dans ma tête à ce moment de ma vie. Melissa Maya a cette sensibilité et ce regard pour la photographie.

LIRE LA SUITE

Marc Montplaisir, 52 ans, photographe

Il fait de la photographie depuis près de 30 ans. Son fer de lance : le portrait.

Il a photographié Marc Labrèche, Louis-José Houde, Simon-Olivier Fecteau, Placido Domingo, Mathieu Chédid, David Suzuki, Macha Grenon, Macha Limonchik et tant d’autres. Au fil du temps, il s’est spécialisé dans les ambrotypes au collodion, une technique ancienne bien particulière.

Marc Montplaisir, crédit: Dominique Skoltz

Entrevue avec un gars passionné, talentueux et authentique.

LIRE LA SUITE

Isabelle Rochette, 44 ans, distillatrice de production chez Cirka

J’admire les gens qui ont la capacité de faire table rase dans leur vie. Je trouve que ça prend une certaine humilité de reconnaître qu’on n’est plus vraiment heureux et pas mal de courage pour renverser la vapeur.

P1080182

C’est en réfléchissant à ça que j’ai eu envie de vous parler d’Isabelle Rochette, une fille très chouette pour qui j’ai beaucoup d’affection et avec qui j’ai eu la chance de travailler il y a quelques années.

LIRE LA SUITE

L’inoubliable Nathalie Moreau

Quand j’ai rencontré Nathalie Moreau pour la première fois, j’étais loin de me douter qu’elle me marquerait autant. C’était il y a un peu moins de deux ans à Radio-Canada. Elle revenait d’un congé de maladie à la suite d’une récidive du cancer de l’ovaire.

fullsizerender-62

Je ne la connaissais pas, enfin que de nom, mais je l’avais remarquée à Tout le monde en parle où elle était venue partager, aux côtés de sa soeur jumelle Sylvie Moreau, son engagement au sein de l’Institut du cancer de Montréal comme ambassadrice. Je l’avais trouvée si inspirante.

LIRE LA SUITE

Eric Beauséjour, 48 ans, de producteur à Médecins sans frontières.

On a tous un jour rêvé de tout plaquer et de recommencer sa vie autrement. Puis pour plein de bonnes ou de mauvaises raisons, on ne fait rien de tout ça. Et c’est bien comme ça.

Eric Humanitarian

Eric Beauséjour, lui, l’a fait. À quarante-deux ans, il a mis sa carrière de côté, vendu toutes ses affaires et soumis sa candidature à Médecins sans frontières alors qu’il n’avait aucune expérience dans l’humanitaire.

LIRE LA SUITE

Catherine Paiement-Paradis, 32 ans, fondatrice et directrice de Deuxième édition

Pétillante, assumée, humble, drôle et surtout pas compliquée, Catherine est une vraie source d’inspiration. À 32 ans, elle mène de main de maître sa propre entreprise spécialisée dans la vente en ligne de vêtements haut de gamme de seconde main.

_MG_1787_petiteCrédit photo: Julie Artacho

Rencontre avec une jeune entrepreneure qui a le vent dans les voiles!

LIRE LA SUITE

Fanny Quenneville, 39 ans, vice-présidente chez Dentsubos

Fanny Quenneville a tout pour elle. Eh oui, ça se peut! Et je sais, c’est injuste!! Voyez un peu : elle est d’une beauté naturelle, elle est brillante, elle chante à merveille, a un amoureux talentueux (il est designer) et un garçon de 9 ans absolument craquant. Et cerise sur le sundae : elle mène une carrière florissante dans une importante agence de publicité.

Photo 3_petite

J’aime cette fille parce qu’elle est tout ça, mais sans la prétention ou le gros ego qu’ont certaines personnes. Ce qui la rend encore plus spéciale.

Portrait d’une gestionnaire authentique et inspirante!

LIRE LA SUITE